MAIRE DE VERSAILLES

Bilan du premier mandat (2008-2014)

En chiffres

8è ville la moins endettée (communes de + de 50 000 habitants d'Ile-de-France)

7è ville la moins dépensière (communes de + de 50 000 habitants d'Ile-de-France)

Progression de l'accueil petite enfance de 20% 

Obtention du label "Bien vieillir-vivre ensemble" 2010

Création de 300 logements étudiants 

Création de 461 logements sociaux 

De 2008 à 2014, notre action a tout d’abord porté sur la maîtrise de la fiscalité et des tarifs municipaux. En décélération continue pendant 5 ans, les taux des taxes foncières et d’habitation sont restés fixés à 0 % depuis 2 ans. Le coût des prestations assurées par la Ville a progressé en six ans sur un rythme inférieur à celui de l’inflation, en particulier pour les premières tranches du quotient familial. Nous avons contenu, comme promis, la progression moyenne des taux de notre imposition locale à 1,15 % sur la période (hors hausses du ressort de l’État), et limité au maximum la pression financière sur les Versaillais, tout en améliorant notre offre de service. Cet effort s’est appuyé sur le développement des activités économiques, dans un contexte particulièrement difficile en raison de la crise, mais aussi de l’augmentation des diverses péréquations effectuées par l’État au détriment des villes réputées riches comme la nôtre. Notre souci quotidien de bonne gestion s’est accompagné d’une politique dynamique d’investissement s’appuyant sur la recherche systématique de partenariats et d’autres concours financiers. Les crèches inter-entreprises ont ainsi permis l’ouverture de 107 nouvelles places, sans peser sur le budget de la Ville. D’importants chantiers tels que ceux de l’ancien hôpital Richaud ou de la Cour des Senteurs ont été financés grâce à la création de logements construits par des opérateurs privés. L’implantation de nouveaux grands comptes, tels que Blizzard, désormais l’un des plus gros employeurs privés de Versailles, ont également contribué à générer des recettes nouvelles. Grâce à cette politique, la dette de la Ville - traditionnellement peu élevée - a pu être diminuée pour atteindre le niveau historiquement bas de 58 millions d’euros en 2013. Si le premier de nos engagements consistait à ne pas imposer aux Versaillais de contribution excessive, nous avons aussi tenu à honorer les autres : au bénéfice de la famille, de la sécurité, des personnes âgées, de l’éducation, du sport ou de la culture. Citons, par exemple, le Plan Sport qui nous a permis de réhabiliter en profondeur nos équipements. Certes, nous sommes conscients que beaucoup reste encore à faire. Mais ce que nous avions annoncé a été tenu, et souvent dépassé, notamment en matière d’amélioration de la voirie, d’aménagement urbain ou de jardins. Ces réalisations témoignent également de l’attention particulière que nous portons à déployer notre effort collectif dans tous les quartiers de la ville, et pour toutes les tranches d’âge sans exception. Nous sommes tous profondément convaincus que vivre à Versailles est une chance que nous devons nous efforcer de préserver, pour nous comme pour nos enfants. C’était le premier de nos engagements et nous le tiendrons jusqu’au dernier jour de notre mandat.

Dossier complet

Bilan de mi-mandat (2014-2017)

Dans un contexte budgétaire particulièrement difficile pour la ville de Versailles, en raison de la baisse historique des dotations de l’État à quoi c'est ajouté des mécanismes de redistribution nationale très défavorables à Versailles, nous avons réussi à maintenir les taux de fiscalité locale, au même niveau depuis six ans, sans pour autant diminuer la qualité des services rendus. Notre équipe a ainsi porté un soin tout particulier à la rénovation de notre patrimoine. Des lieux prestigieux comme l’ancien Hôpital royal, l’opération Coeur Saint- Louis, l’hôtel de la Surintendance (rue de l’Indépendance américaine), l’Hôtel R (rue des Réservoirs), la caserne d’Artois (rue Édouard Lefèvre),  ont fait l’objet de projets immobiliers ambitieux. La qualité de vie et de notre environnement est également au cœur de nos préoccupations avec un effort tout particulier sur les jardins, la décarbonatation de notre eau, le développement de pistes cyclables, etc. Dans le domaine économique, notre effort a porté sur l’élaboration d’un éco-système plus favorable à la création d’entreprises et à leur développement. L’enjeu pour nous est de donner à notre ville une image plus jeune, plus dynamique. La sécurité est également une priorité. Nous avons dégagé de nouveaux moyens avec notamment l’armement de notre police municipale. Certes, nous sommes bien conscients qu’il reste encore beaucoup à faire, mais les signes d’un regain d’activité et de la puissance d’attraction de notre ville sont clairement là. Pour que Versailles profite pleinement de ce nouveau dynamisme, il nous faut seulement espérer que le législateur et l’État n’alourdissent pas encore les contraintes qui s’accumulent sur notre Ville depuis 2012.

Dossier complet

PRESIDENT DE VERSAILLES GRAND PARC

Dix-neuf communes composent la communauté d’agglomération de Versailles Grand Parc. Créée en 2010, son ambition est développer de nouvelles synergies entre les villes afin d’offrir les meilleurs services de proximité aux 270 000 habitants. Elle regroupe actuellement les communes de Bailly , Bièvres, Bois d'Arcy, Bougival, Buc, Châteaufort, Fontenay-le-Fleury, Jouy-en-Josas, La Celle Saint-Cloud, Le Chesnay, Les Loges-en-Josas, Noisy-le-Roi, Rennemoulin, Rocquencourt, Saint-Cyr-l'Ecole, Toussus-le-Noble, Vélizy-Villacoublay, Versailles & Viroflay. J'ai l'honneur d'en être le Président depuis sa création. Cette agglomération s'étend sur près de 12 400 hectares et compte près de 270 000 habitants.

                                                                  En savoir plus

L'actualité de Versailles

de Versailles Grand Parc