Genèse

 

 

 

 

J’ai conçu cette biennale comme un arbre. Le tronc est l’envie commune de tous les acteurs, à commencer par les commissaires de la biennale, Elisabeth Maisonnier, Djamel Klouche, Alexandre Chemetoff et Nicolas Gilsoul, de dessiner une vision d’avenir et de la traduire par un projet de ville durable, solidaire, fonctionnelle, esthétique : une ville qui généreraient de l’intégration plutôt que de l’exclusion. Les branches de cet arbre sont les multiples manifestations thématiques qui se dérouleront durant deux mois à Versailles, dans plusieurs lieux très forts et complémentaires. Au château d’abord, à travers une exposition sur les projets qui, durant trois siècles, ont ambitionné de transformer ce monument emblématique, mais sans jamais aboutir. Ce sera l’occasion de découvrir le palais tel qu’il aurait pu être, de faire le lien entre passé et présent, de tracer aussi des parallèles sur les rapports complexes entre maitre d’œuvre et maitre d’ouvrage. À la Petite Écurie du château, où se situe l’École Nationale Supérieure d’Architecture, des équipes d’Île-de-France et de plusieurs pays étrangers échangeront avec le public et les étudiants sur les nouvelles pratiques architecturales. A travers un parcours et de nombreuses réalisations, ce laboratoire d’idées montrera comment toute une profession est en train de s’adapter aux défis de notre modernité. Cette déambulation dans le superbe bâtiment de Mansart illustre la richesse du dialogue entre passé et présent. Pour la première fois, le public pourra accéder aux galeries où sont stockées les originaux des plus célèbres statues du château de Versailles, ainsi qu’à la collection, relevant du musée du Louvre, de copies monumentales de chefs d’œuvres antiques ou classiques. Au Potager du roi, qui abrite l’École Nationale Supérieure de Paysage, sera posée cette question cruciale : comment nourrir la ville en la mariant plutôt qu’en l’opposant à son environnement naturel. Échappées belles proposera une promenade dans Versailles, où trois expositions photo sur les villes résilientes en Île-deFrance et dans le monde montreront que les solutions existent déjà. A la chapelle Richaud, une autre exposition expliquera en quoi Versailles – pionnière du zéro-phyto – relève, à son échelle, ces défis architecturaux, écologiques et paysagers.

Le programme