Versailles au parfum (Les Echos)

Ville emblématique dans l’histoire du parfum en France depuis le XVIII°
siècle, Versailles inaugure un nouveau lieu dédié à cet univers sensoriel,
baptisé La Cour des Senteurs. » « Situé à 100 mètres du château, le site en libre accès invite à la
découverte de l’art du parfum, de ses traditions à son savoir-faire et aux
matières premières qui entrent dans sa composition, un projet mené, depuis
deux ans, à l’initiative de François de Mazières, député-maire de
Versailles. La Maison des Parfums conçue par l’architecte-scénographe
Philippe Pumain en collaboration avec Elisabeth Feydeau, historienne des
parfums, retrace l’aventure des plus grands parfumeurs. Elle ouvre sur les
Jardins des Senteurs, dessinés par l’architecte-paysagiste Nicolas Gilsoul
comme un cabinet de curiosités, rassemblant des essences naturelles rares.
Autour, quatre grands noms du luxe se sont installés : Guerlain, Lenôtre,
Dyptique et la Maison Fabre. Réunis au sein de ce concept inédit, chacun
apportera dans son domaine, une dédicace spéciale. Pour Thierry Wasser,
parfumeur Guerlain, ce sera un parfum proposé exclusivement à la Cour des
Senteurs, en hommage à la reine Marie-Antoinette dont la fleur préférée
était le jasmin. La boutique quant à elle dévoilera un tout nouveau concept
mêlant savoir-faire et histoire de la maison au travers des métiers d’art
et de création. » « Chez Lenôtre, le restaurant-boutique travaillera sur la complémentarité
saveur/parfum et l’on y découvrira le macaron pailleté au cœur coulant
d’une confiture à la fleur de jasmin, autre clin d’œil à la reine.
Construit comme une ode aux jardins, Diptyque présentera un répertoire
inédit de senteurs pour la maison avec en exclusivité pour Versailles, un
coffret de trois mini-bougies. Enfin la maison Fabre présentera sa première
collection de maroquinerie et de gants parfumés. La fragrance, composée
d’un accord de daim veloutée, de jatamansi et de patchouli, enveloppé
d’ambre et de bois de cèdre, sublime l’odeur originelle du gant et tiendra
le temps d’une saison, micro-capsulé dans un talc naturel. La mode des
gants parfumés fut lancée par Catherine de Medicis, sur les conseils de
François 1er. A l’occasion des 500 ans du château de Chenonceau, la maison
Fabre a, par ailleurs, reçu commande de dix paires de gants à l’identique
de ceux de la reine Catherine. A Versailles, le talc sera proposé à la
vente dans un flacon sous forme de nécessaire de poche XVIII° et un espace
sur-mesure permettra le marquage d’initiales à l’or fin. » « Des raffinements de cour royale à découvrir à partir du 25 avril prochain,
une ballade poétique, sensorielle et historique puisqu’à deux pas, on peut
redécouvrir la Salle du jeu de Paume, le Potager du roi ou l’atypique
quartier Saint-Louis.

Cour des Senteurs, 8 rue de la Chancellerie, 78000 Versailles http://www.versailles-tourisme.com/… Par Cécile Michel Les Echos du 18 avril 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *