Avec le « Mois Molière », Versailles affirme son rôle d’avant-scène du off  d’Avignon

Versailles affirme son rôle d’avant-scène du «  »off » » d’Avignon avec la 18e
édition du «  »Mois Molière » », festival transformant la ville en scène à ciel
ouvert en juin, et destiné aussi badauds curieux qu’aux férus de théâtre.
Créé en 1996 par l’actuel maire (DVD) François de Mazières, le «  »Mois
Molière » » (1er au 30 juin), propose quelque 320 représentations de musique,
de danse et de théâtre sur une soixantaine de lieux urbains et historiques
tels que les Petites Écuries du Château de Versailles. La cité royale
insiste sur la volonté d’ouvrir à tous la manifestation grâce à la gratuité
de 75% des spectacles. A mi-parcours, vingt-trois créations sur un total de
vingt-cinq restent à découvrir, dont certaines à partir de ce week-end,
avant de migrer vers le «  »off » » d’Avignon pour certaines d’entre elles. En
tête d’affiche, on retrouve, entre autres : «  »Les Irrévérencieux » » par le
Théâtre des Asphodèles (Lucca Franceschi), «  »Les Précieuses ridicules » » par
le Théâtre du Petit Monde (Nicolas Rigas), «  »La Dame au petit chien » » de
Tchekhov lu par Muriel Mayette de la Comédie française, «  »Le Nôtre et ses
jardins » » lu par l’académicien Erik Orsenna, ainsi qu’un cycle de
représentations consacré à l’écrivain et diplomate Jean Giraudoux. Le «  »Mois
Molière » » accueille des compagnies en résidence comme l’Académie
internationale des Arts du spectacle de Carlo Boso, les compagnies de
Jean-Hervé Apperé et Guillaume Colignon, d’Anthony Magnier. Le festival,
qui fait traditionnellement la part belle à la Commedia dell’arte, mettra
également à l’honneur la tragédie avec «  »Antigone » », par la Compagnie du
Catogan (Gwenhaël de Gouvello). Le festival, passé de 60.000 spectateurs en
2009 à près de 100.000 attendus pour l’édition 2013 selon les
organisateurs, réaffirme également sa volonté de faire émerger un «  »nouveau
théâtre populaire » » accessible à tous. Le «  »Mois Molière » » s’est d’ailleurs
engagé en ce sens avec une dizaine d’autres festivals européens de théâtre,
autour d’un texte appelé le «  »Manifeste de Reus » », du nom de la ville où il a
vu le jour en 2010. gfa/mpf/nm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *