Quand une friche devient une mini-ferme hors sol

Et si les friches urbaines devenaient des fermes ? C’est le pari de quatre
entreprises qui ont ouvert un « démonstrateur d’agriculture urbaine » à
Saint-Cyr-l’Ecole (Yvelines), avec cultures de fraises et de framboises et
jardins partagés. Ce site était initialement un dépôt de terres non
cultivables utilisé par un terrassier. Mais en 1990, son propriétaire a
fermé le site, qui était devenu au fil des ans un terrain de cross et une
décharge sauvage. En 2012, la ville a donc missionné les Fermes de Gally
pour revaloriser ce terrain abandonné. De ces terres délaissées est donc né
un « démonstrateur d’agriculture urbaine » sur 3,5 hectares, comprenant une
partie dédiée à la production maraîchère hors sol, un espace de location de
jardins hors sol pour le grand public à partir de 2015, et une zone
pédagogique. En 2014, la culture a commencé avec un demi-hectare de
framboises plantées dans des sacs de 10 litres, 4.000 m² de fraises
cultivées en gouttières et 1.000 m² de tomates cerises en bac. De quoi
récolter 20 tonnes de fruits dans l’année qui seront vendues à deux
supermarchés du coin, en livraison de fruits au bureau ou dans un
distributeur fermier situé sur une route principale. Le démonstrateur
repose sur un modèle de production agro-écologique et sur un système
d’économie circulaire et de circuit-court. Par exemple, plutôt que de la
terre, le substrat de culture est un déchet vert urbain issu de tailles de
haies à Versailles. Le projet a coûté un investissement initial d’environ
un million d’euros, financé pour moitié par des fonds privés et par des
fonds publics, notamment de la communauté de communes Versailles Grand
Parc, du Conseil général des Yvelines et de la Région Ile-de-France. Quatre
entreprises pilotent le projet : Les Fermes de Gally, Veolia, Hydrasol et
Sol Paysage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *